Luxereau, L'esthétique du vide…

8 10 2009

Dans la cadre du festival @rt Outsider, la MEP présente les travaux de Christophe Luxereau, à l’occasion de la sortie de son livre : « Esthétique du vide« .

Après des études d’art classiques en peinture et architecture, il se tourne vers la photographie. Le numérique s’impose à lui rapidement et le fait évoluer vers le thème de relation à la machine électronique. C’est donc tout normalement qu’en 2006 il reçoit au Japon le prix du design pour ses recherches sur la robotique zoomorphique.

Entre réel et imaginaire, Christophe Luxereau navigue dans cet entre-deux qu’est l’hybridation… tout un programme !

 

 

 

Je me suis donc tout naturellement rendu à la Maison Européenne de la Photographie pour rencontrer Christophe Luxereau… Installé sur une petite table en bas des escaliers, en pleine discussion avec son éditeur, je me permets de lui demander de signer l’exemplaire acheté quelques minutes plus tôt. Cet exemplaire, édité à 100 numéros est livré avec une photo de l’artiste signée et numérotée, en ma possession j’aborde Mr Luxereau, un peu tremblant je l’avoue. Nous nous asseyons et parlons de ses travaux numériques.

©nicolasbrulez

Il m’apprend avoir travaillé dans la pub, d’où ce côté perfectionniste de ses images, avec une recherche du cliché le plus profond possible, vous donnant envie de vous procurer l’objet photographié. Il crée ici un pont entre le réel existant et le possible virtuel. Il a un souci du détail frolant la perfection dans la mise en scène de ses madones génétiquement modifiées, aux circuits imprimés saillants et aux pièces de rechange rutilantes. Il transfigure l’humain pour n’en garder que l’essence et revisite nos canons de beauté. Certaines de ses photos n’ont rien à envier à la Fashion Week, bien au contraire, Luxereau nous montre sa vision de la femme et de la mode, la femme robotisée mais non dénuée de sensualité.

Luxereau passe d’interminables heures derrière son écran à rendre réel sa virtualité, tel un Dieu donnant vie à sa Créature…

Cet homme simple et abordable me livre quelques secrets de la réalisation de son livre, nous échangeons sur notre vision de la pub, la mode, de l’ère du numérique. Mais avant de partir je l’immortalise :

©nicolasbrulez

Nous prenons rendez-vous pour le 16 octobre, date de l’exposition à la galerie NumerisCausa .

 

Créé par Henry Chapier et Jean-Luc Soret en 2000, le festival @rt Outsider est une manifestation annuelle consacrée aux nouvelles formes de la création contemporaine et à leurs rapports avec les sciences et les technologies.

(In)Habitable ? L’art des environnements extrêmes

« Pour sa 10e édition, le festival @rt Outsiders s’intéresse aux environnements extrêmes, jusqu’à présent « inhabités » par les êtres humains, et que la technologie et la science contemporaines nous rendent « habitables » (Antarctique, environnement subaquatique, espace extra-terrestre, désert), mais aussi ceux qui deviennent « inhabitables » par nos activités et modes de vie (pollution, accidents technologiques, impératifs économiques et réchauffement climatique).
L’exposition présente un ensemble d’œuvres qui explorent dans l’imaginaire comme dans la réalité, dans le champ du politique, du social, de l’écologie et dans celui du poétique, ce que signifie « habiter l’extrême », mais aussi comment « l’extrême », aujourd’hui, nous habite
. »      [ MEP ]


Actions

Information

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :